Homélie du 4ème dimanche de Pâques – Journée mondiale de prière pour les vocations sacerdotales et religieuses – 3 mai 2020

Homélie du 4ème dimanche de Pâques – Journée mondiale de prière pour les vocations sacerdotales et religieuses – 3 mai 2020

Journée des vocations. La mienne je la dois à saint Jean quand, par hasard, j’ai ouvert sa Première lettre: «La Vie s’est manifestée, nous l’avons vue, entendue, contemplée. Nous vous l’annonçons, pour que votre joie soit complète». Double joie: découvrir que Jésus est la Vie et aller le dire sur tous les chemins.

Comment a-t-on pu lier la vocation à des images de vie renfermée, étriquée, mutilée? C’est au contraire la vie en expansion, par la réponse enthousiaste à l’offre de Jésus dans l’Évangile d’aujourd’hui: «Je suis venu pour que les hommes aient la vie en abondance.» Un jeune a la vocation quand il dit à Jésus: «Chiche !».

Il l’aura sa vie en abondance! Il sera constamment appelé à sortir de ce qui limite : les peurs, les soucis, les égoïsmes. Il s’enrichira de tout ce qu’il va acquérir pour donner: s’instruire en pensant à ceux qu’il rapprochera du Christ, recevoir pour des pauvres, n’écouter que pour aider, aimer en découvrant qu’aimer c’est vivre.

La vie gardée est mesquine, la vie donnée est d’une incroyable amplitude, il suffit de regarder Jésus. Parce que c’est l’homme le plus donné, il a pu promettre: «Je viens vous faire vivre tous en plénitude, au maximum».

Qui saura dire ces choses à des jeunes? Celui qui les vit. Les vocations naissent, dans une famille, dans un groupe. Là où fulgure une vérité d’expérience: plus on vit avec le Christ, plus on vit intensément.

Tout chrétien devrait montrer cela. C’est sa vocation. On a trop fait de la vocation le critère de partage entre chrétiens ordinaires et chrétiens de haut vol. il n’y a pas de chrétiens ordinaires, il n’y a que des baptisés qui répondent plus ou moins intensément à l’appel de leur baptême.

Mais que signifie alors l’appel particulier au sacerdoce et à la vie religieuse? Pour certains, les prêtres, une seule chose va compter: servir le Christ = servir la Communauté. Pour les religieuses et les religieux ce qui va compter essentiellement: prier Jésus. Dans le peuple de Dieu il faut ce double signe de l’importance du service et de la place unique de Jésus.

Être signe est une vocation très belle mais difficile: nous devons aider les jeunes qui se sentent appelés. Notre sacrifice de parents, notre aide financière, notre estime, et peut-être nos conseils, sont une manière d’entrer nous-mêmes dans le même idéal de service et de don au Christ.

Père des cieux, merci! tu nous as choisis, tu as désiré chacun d’entre nous, merci ! Grâce à Toi, chacun reçoit sa vie comme une pierre unique, une pierre magnifique qui vient construire le corps de ton Fils. Père des cieux, merci pour l’Esprit qui nous soutient, pour l’Eglise qui nous accompagne et nous aide à trouver la place où notre pierre sera la plus belle, la place où chacun donnera, comme en transparence, cet amour qu’il reçoit de Toi.

Thierry Fouet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code